Et maintenant que doit-on faire ?  (24/06/2011)

En cette fin d'année scolaire, l'avenir de l'école de Barisis aux Bois reste notre principale préoccupation.
Quelles que soient les propositions de regroupement qui nous serons soumises, nous devrons y répondre conformément à nos engagements.
Les dernières communications effectuées par le Gouvernement n'apaisent pas la crainte puisqu'il annonce la suppression de 14 000 emplois dans l'Education Nationale.
Dans ces conditions, il est apparu indispensable de mener une réflexion globale sur l'avenir de notre école et par voie de conséquence sur l'avenir du village.
Le Conseil Municipal lors de sa réunion du 17 juin 2011 a décidé de créer une Commission de Réflexion qui sera chargée  de proposer des solutions susceptibles de maintenir un effectif d'enfants suffisant pour conserver l'école.
Cette Commission de Réflexion sera composée de 4 Conseillers Municiapux, 4 Parents d'Elèves et 2 Professionnels de l'Education Nationale habitant notre commune.

Ceratins ont entendu parler de la création d'une cantine, il s'agit d'un des sujets qui sera étudié par la commission, aucune démarches n'a été entreprise pour la rentrée 2011 auprès de la Communauté de Communes du Val de l'Ailette qui a la comptétence en ce domaine.

Le mot du Collectif des parents d'Elèves (17/05/2011)

Nous remercions les quelques parents qui se sont mobilisés dans ce combat pour sauver notre 4ème classe.
Malgré cette réussite, nous sommes fortement déçus du peu de parents, grands-parents, élus, assistantes maternelles qui nous ont soutenus le JEUDI 12 MAI 2011 (8 familles sur la journée).

 

13/05/2011

Le CDEN qui s'est réuni le 13 mai 2011, a donc abandonné le projet de fermeture d'une classe pour la rentrée 2011.
La promesse faite à notre délégation est tenue (Cf. mise à jour du 2/5/2011).
Il ne faut pas croire que le problème est résolu.
Nous gagnons une année, mais quid de l'avenir ......

Nous savons que les engagements d'aujourd'hui ne correspondront pas forcément à la politique qui se décidera dans le proche avenir.
Il faut rester mobilisé et suivre avec la plus grande attention ce qui se passera autour de nous.

02/05/2011

La délégation des Parents, M. Christophe Gosseau représentant le Conseil Municipal, les responsables du Val de l'Ailette (M. Thierry Lemoine, Président, M. Jack Duminil, chargé des affaires scolaires, Mme Dégardin, Directrice) ont été reçus par l'adjointe de Mme l'Inspectrice d'Académie.
Cette dernière a laissé entendre que la 4ème classe serait maintenue pour la rentrée de septembre 2011 dans la mesure où le Val de l'Ailette, la Commune et les parents acceptent de participer à l'étude d'un regroupement et à la condition qu'aucune entrave ne soit faite à ce projet sous peine de fermeture ultérieure.
Il reste que cet engagement doit être validée par la Commission Dépatementale de l'Education Nationale (CDEN) qui se tiendra le 13 mai sous la Présidence de Monsieur le Préfet.

Fort de cette promesse, l'occupation de l'école est suspendue.

Certes nous devrions conserver cette classe en 2011 mais ne nous leurrons pas, l'avenir est incertain.
La mise en place d'un regroupement ne sera pas chose facile.
Il faut que les autres communes soient d'accord, que des structures périscolaires soient crées avec un transport adapté. Nous ne pourrons rien sans l'aide du Conseil Général qui, déjà engagé sur d'autres regroupements, risque de ne pas prendre notre projet en compte avant quelques années.

Toutes ces inconnues nous font craindre le pire. Nous sommes loin d'en avoir fini.

Derniers articles de presse :
L'Union : 05/05/2011
L'Aisne Nouvelle : 06/05/2011

 

18/04/2011

Les parents d'élèves ont accepté de participer à l'étude d'un éventuel regroupement scolaire à la condition de conserver les 4 classes actuelles. Ne voyez pas dans cette démarche un quelconque renoncement mais une réelle volonté d'agir pour le bien des enfants.
Il s'agit en effet d'en évaluer les possibilités puis de préparer dans les meilleures conditions les conséquences  sur le plan :
       - de l'enseignement,
       - du périscolaire (accueil, cantine, accompagnement, transport, assistance maternelle,etc...),
       - des locaux à aménager,:
       - de l'obtension de subvention,
       - de la réalisation des travaux.
Une telle démarche ne peut se faire dans l'urgence.

A leur demande, Madame l'Inspectrice d'Académie recevra parents et élus le vendredi 29 avril.

Le Conseil Municipal a voté une motion soutenant les parents dans leur démarche, demande le maintien de la 4ème classe et menace d'une démission collective si satisfaction n'est pas obtenue. Cette motion est adressée à Monsieur Le Préfet.

Derniers articles de presse :
   L'Aisne Nouvelle : 13/04/2011  18/04/2011
   L'Union :              15/04/2011

 

13/04/2011

L'action des parents continue ce jeudi après les occupations de lundi et mardi.
La participation est faible venez nous aider.
Le Conseil Municipal, lors de sa réunion du 15 avril,  votera une motion contre la fermeture d'une classe. La menace d'une démision de l'ensemble du Conseil est toujours d'actualité et sera précisée dans la motion qui sera adressée à Monsieur le Préfet.

Dans la presse :
   L'Union : 13/04/2011

 

09/04/2011

Malgré la manisfestation d'hier à Laon, comme malheureusement l'on pouvait s'y attendre, l'école de notre village reste parmi les sacrifiées sur l'hotel des réductions budgétaires voulues par l'Europe.
L'action menée toute la semaine n'est pas perdue et montre la déterminations de certains parents.
Cela n'est pas suffisant, il faut que tout le monde se mobilise pour sauver notre avenir.
Nous vous informerons rapidement des actions qui vont suivre.

Quelques liens dans la presse:
   L'Union : 09/04/2011 - 08/04/2011 - 07/04/2011 - 06/04/2011

   L'Aisne Nouvelle : 09/04/2011 - 08/04/2011 - 06/04/2011
   Les 19/20 de FR3 Picardie du 5/4 et 8/4/2011 (ici)
 

06/04/2011

Dès lundi 4 avril, les parents ont occupé l'école afin de manifester leur hostilité au projet de fermeture d'une classe.
L'action se poursuit toute la semaine.

Une manifestation d'envergure se déroulera
vendredi 8 avril à partir de 13H30
devant les bureaux de la cité adminstrative de Laon

au moment où se tiendra la CTPD (Cf. ci-dessous) qui doit approuver le projet de carte scolaire pour la rentrée 2011
dans notre département.

Il est regrettable de devoir faire perdre une semaine de cours aux enfants mais cette action a le mérite de manisfester notre détermination. La pose de palettes et de pneus devant les bureaux de Monsieur l'Inspecteur de Chauny sans dégradation avait le même but.
Le Conseil Municipal refuse à l'unanimité la proposition de Mme l'Inspectrice d'Académie et s'est prononcé pour une éventuelle démission.
Monsieur Jack DUMINIL, Vice-Président chargé des affaires scolaires à la CCVA et Monsieur François BOBO ont adressé une réponse.        
A lire ICI

 

31/03/2011

L'Inspection académique annonce officiellement ses projets après nous avoir dit que rien n'était prévu et que les décisions seraient prises lors de la CTPD (Commission Technique Paritaire Départementale) du 4 avril reportée au 8 avril.

Nous avions bien raison de ne nous méfier et d'organiser des actions.
Certes, les effectifs globaux baissent mais ceux de la classe de Madame HEL reste à 30 élèves en 3 sections (CE2, CM1, CM2) avec la charge de la Direction si le poste est réellement supprimé.

De l'avis de tous les professionnels de l'éducation, une telle situation ne peut que mettre en danger la qualité de l'enseignement d'autant que plusieurs enfants sont en difficultés.

Scinder le CE2 pour créer une 3ème section dans l'autre classe est la solution à proscrire sauf à mettre en danger l'apprentissage de la lecture en CP.

Supprimer une classe revient donc à sacrifier les enfants
sur l'Hotel de la rigueur budgétaire.

C'est intolérable.
Nous devons continuer le combat ensemble,
l'avenir de notre village est mis en péril.

Les jeunes iront ailleurs et nous resterons entre anciens et retraités.

Votre Maire a participé à plusieurs manifestations dans les autres communes concernées.
De nombreux élus sont  mobilisés et coordonnent leurs actions soutenus par
les Conseillers Régionaux et Généraux.


A SUIVRE

10/03/2011

Au retour des vacances d'hiver, parents et élus restent mobilisés. Nous avons participé aux rassemblements organisés à Amigny-Rouy lundi 7 mars à 9H et devant la Cité Adminsitrative de Laon mercredi 9 mars à 15H.
Il est regrettable que les parents de Barisis-aux-Bois  se soient pas majoritairement mobilisés. A peine la moitié des familles concernées étaient présentes à la réunion d'information organisée lundi soir 7 mars à la Mairie par le collectif.

Une délégation de parents et élus dont faisait parti Monsieur BOBO a  été reçue mercredi 9 par les collaboratrices de Madame l'Inspectrice d'Académie.
Chacun s'est exprimé. Pour notre village, votre Maire a rappelé la situation et a insisté sur les conséquences négatives d'une fermeture de classe. Cela signifierait une classe à 3 sections (CE2, CM 1 et 2) pour Madame HEL qui en plus a la charge administrative de l'école en tant que Directrice. La classe de maternelle aurait les 3 sections pour 28 enfants.
Dans ces conditions, les instituteurs ne souhaitent pas rester et demanderont une mutation.
Quant au regroupement, l'Education Nationale n'a pas compétence pour le décider. Celle-ci appartient aux collectivités. Cette solution est rejetée par tous à Amigny-Rouy comme à Barisis-aux- Bois.
Une concertation entre l'inspecteur de Chauny nous est promise avant une décision définitive. A voir, mais il faut trouver 50 postes à supprimer pour le département.

CE SONT LES VILLAGES LES PLUS MOBILISES QUI
EVITERONt LA FERMETURE DE CLASSE.
APRES IL SERA TROP TARD.

Les articles de presse :
               L'Aisne Nouvelle  
9/03/2011
               L'Union  9/03/2011    
10/03/2011

 

22/02/2011

Le Collectif des Parents de Barisis-aux-Bois a organisé des manifestations devant l'école les 11 et 18 février en présence de plusieurs élus des communes avoisinantes.

Les villages concernés par des fermetures de classes ou de regroupements scolaires sont tous mobilisés pour s'opposer à la politique menée par le Ministère de l'Education Nationale.

Monsieur le Maire est allé soutenir les communes de Terny Sorny et Monceau les Leups en compagnie de plusieurs autres Maires et Conseillers Généraux.

M. Jacques Dessallangre a apporté son soutien par une intervenant en séance à l'Assemblée Nationale et a écrit à Madame l'Inspectrice d'Académie de Laon.

La Commununauté de Communes du Val de l'Ailette est  intervenue auprès  de Monsieur l'Inspecteur de Chauny.

En 5 ans, le Ministère a supprimé 60 000 postes d'enseignants. Pour la rentrée 2011, 300 postes dont 50 dans le primaire vont être supprimés dans l'Aisne. L'école publique est menacée, nous devons la défendre et nous opposer à ces décisions prises sans concertations préalables.

A consulter :
       La lettre de Madame l'Inspectrice d'Académie
       La lettre de Jacques Dessallangre, l'intervention à l'Assemblée Nationale.
       La lettre du Président du Conseil Général Yves Daudigny
       Les lettres du Val de l'Ailette au collectif des parents, à l'inspecteur de Chauny.
       Les articles de presse :
               L'Aisne Nouvelle    
11/2/11      14/2/11
               L'Union                  
11/2/11      20/2/11
                                               Carte scolaire 2011 (18/2/11)

28/01/2011

Après la manifestation contre la fermeture de la maternelle à BERTAUCOURT-EPOURDON, les communes concernées doivent se mobiliser et se soutenir mutuellement.
La Municipalité n'a pas investi 230 000 € pour l'école en pure perte.
M. BOBO et l'ensemble des élus se tiennent à votre disposition pour vous aider.

Les parents de Barisis-aux-Bois doivent unir leur force avec leurs homologues des communes voisines dans les plus brefs délais.

Sans votre aide et celle de toute la population, l'action de vos élus n'aura aucun effet sur les décisions de l'administration de l'Education Nationale.

Article de l'Union

Quel avenir pour l'école

En ce début janvier 2011, le nombre d'enfants pour la rentrée de septembre 2011 serait de 74. Même si ce chiffre est loin d'être définitif, il sera inférieur à 80.

Selon l'IEN de Chauny, nous risquons une fermeture de classe. La décision n'est pas encore prise mais les critères de l'Education Nationale ne laissent aucun doute. Par ailleurs, la suppression de 50 postes du primaire dans notre département ne fait que renforcer notre pessimisme.

Nos voisins d'Amigny-Rouy se trouvent dans la même situation. Cela ferait  2 fermetures sur 8 classes que comptent les 2 communes.
Une alternative pourrait être proposée. A savoir, ne fermer qu'une seule classe sur les 8 actuellement à condition de procéder à un regroupement pédagogique entre les 2 communes et sauver ainsi une classe. Cela va bien entendu dans le sens de la politique voulue par le Ministère et appliquée par le Recteur de l'Académie d'Amiens.

Ce dernier prone en effet  que le regroupement scolaire permet de meilleurs résultats et évite l'isolement des enfants dans le milieu rural. Voilà la conception des responsables de l'Education Nationale alors que nous vivons une révolution numérique nous donnant accès à  des moyens de communication suffisamment sophistiqués pour éviter l'isolement face à la connaisssance. A quoi sert donc l'Ecole Numérique Rurale (ENR), sinon à cela.

Si le regroupement présente un avantage pédagogique, le déplacement des enfants vers l'autre commune demande la mise en place d'un transport aller et retour 4 fois par jour, l'adaptation des heures de la cantine d'Amigny-Rouy, une gestion des heures de soutien. Il faudra aussi organiser l'accueil du périscolaire. De nouvelles charges financières laissées à la charges des collectivités.

La création de la 4ème classe et la mise en place de l'ENR dans notre école nous donnait à croire que l'investissement réalisé par la commune nous permettait de maintenir les 4 classes pendant plusieurs années. Aurions-nous pêché par optimisme ?

Se dire que nos efforts ont été vains n'est pas concevable. Une fois de plus nous risquons de payer un lourd tribu pour des raisons d'économies budgétaires. Nous savons tous que l'éducation des enfants est l'avenir de notre pays. Alors ...............


La décision nous sera communiquée après la commission technique paritaire prévue fin mars. Il ne faut pas attendre cette date pour agir. Nous avons exprimé notre désaccord mais la mobilisation des parents avec ceux d'Amigny-Rouy est indispensable.

15/01/2011