Le billet du Maire

Cette nouvelle année 2011 ne nous laisse guère de répis et nous plonge déjà dans la crainte. Les fêtes de fin d'année, la trêve des confiseurs comme aiment à les qualifier  médias et annonceurs, ne sont qu'une illusion pour faire oublier la réalité et surtout consommer

Pourquoi ce pessimisme d'entrée ?  : A cause de la menace de fermeture d'une classe de l'école  suite à la baisse des effectifs à la rentrée de 2011

 

Est-il acceptable d'être soumis ainsi au joug des décisions de l'Education Nationale sous prétexte que le nombre moyen d'enfants par classe sera inférieur à 20 ?  : Certainement pas, mais le regard froid des technocrates parisiens en a décidé ainsi. Si les propos de M. Le Recteur de l'Académie d'Amiens se veulent rassurant, je ne partage pas son opinion(1).

Il est reproché aux Collectivités locales de trop dépenser.
Que fait-on des 230 000 € investis pour l'école ?

A l'instar de mon collègue d'Amigny-Rouy, j'estime qu'il n'est pas concevable de se voir fermer une classe après les efforts consentis sans prendre en compte l'évolution démographique.
 

Aucune décision n'est prise, nous dit-on mais l'étude en cours vers un  regroupement pédagogique avec Amigny-Rouy mènerait à la fermeture d'une classe sur les 2 écoles au lieu de 2 classes.

 

Bel argument pédagogique. Mais qui va être le dindon de la farce ? Sans oublier que les collectivités vont devoir gérer et financer les conséquences de ce regroupement, notamment le périscolaire, le personnel nécessaire et le transport même si ce dernier est pris en charge par le Conseil Général.

 

L'école est une priorité. Pour ce qui concerne nos projets en cours, s'ils n'avancent pas aussi vite que nous le voudrions, les décisions sont prises et ils aboutiront. Pour les détails, je vous invite à consulter le dernier P'tit Barisien et le compte-rendu du Conseil Municipal du 14  janvier 2011.

 

Je remercie celles et ceux, élus et bénévoles qui par leur action me rendent fier de notre village.

 

Les nuages sombres qui s'amoncellent tant sur le plan économique que climatique ne doivent pas nous faire perdre espoir. Nous pouvons et devons y faire face pour l'avenir de nos enfants. Je souhaite que chacun traverse cette année dans les meilleures conditions.

Bonne année à tous.

 

 

François BOBO

janvier 2011

 

(1) Cf. l'article de l'Aisne Novelle - ici -

 

Les autres billets