LA TOUR EIFFEL

(retour Voir savoir)

GUSTAVE EIFFEL (1832-1923)

 

Il crée les Ateliers de Constructions Métalliques en 1864. L'utilisation de l'acier en remplacement de la fonte et l'évidement des surfaces, lui permettent de réaliser des supports élevés résistant très bien aux poussées du vent. Il met au point ses poutres et ses piles en treillis, formées de fers plats et de cornières d'acier préfabriqués. Après la guerre de 1870, sa réputation s'imposera à l'étranger. En 1890, Eiffel abandonne la direction de ses ateliers pour se consacrer entièrement aux études théoriques sur la résistance au vent. Il installe un laboratoire sur la plate-forme supérieure de la Tour, et ainsi, réussit à créer le premier prototype d'avion, le Breguet, étudié entièrement en soufflerie.

 

ELABORATION du PROJET de la TOUR

 

L'idée d'une exposition universelle apparaît au début des années 1880 pour commémorer le centenaire de la Révolution ; s'inspirant d'études ou de réalisations étrangères, certains songent déjà à un monument qui serait l'attraction de cette exposition.

 

Le 6 juin 1884, Maurice Koechlin (chef du bureau d'études) et Emile Nouguier (chef du bureau des méthodes) esquissent le premier croquis d'un pylône de 300 mètres : Eiffel « n'a pas l'intention de s'y intéresser, mais autorise ses ingénieurs à en poursuivre l'étude ». Aidés de Stephen Sauvestre architecte, le projet prend forme.

 

Le 18 septembre 1884, Eiffel change d'attitude et prend un brevet avec ses 2 collaborateurs pour une disposition nouvelle permettant de construire des piles et des pylônes métalliques d'une hauteur pouvant dépasser 300m.

 

Le 8 novembre 1884, 2 décrets instituent officiellement l'exposition.

 

Le 12 décembre 1884, Eiffel rachète la propriété exclusive à ses 2 collaborateurs. Son génie n'est pas d'avoir inventé la tour mais de l'avoir réalisé et de lui avoir donné son nom. Le projet parait dans la presse.

 

Le 30 mars 1885, Eiffel lit à la société des Ingénieurs Civils un mémoire et prévoit un poids de 6500 tonnes, 1 an de construction pour 3 155 000F (elle coûtera presque 2.5 fois cette somme compris les ascenseurs).

 

Jules Bourdais veut construire une tour en pierre de 300m, le projet d'exposition s'enlise, puis est relancé avec la réélection du Président de la République Grévy le 28 décembre 1885.

 

Le 1er avril 1886, un projet de loi voté, dote l'exposition d'un budget. Le ministre du commerce Edouard Lockroy est favorable à l'idée d'une tour et est convaincu par les arguments d'Eiffel.

 

Le1er mai 1886, un concours est lancé sur un programme taillé pour le projet d'Eiffel :

« (...) Art 9.- Les concurrents devront étudiés la possibilité d'élever sur le Champ de Mars une tour en fer à base carrée, de 125m de coté à la base et de 300m de hauteur. Ils feront figurer cette tour sur le plan du Champ de Mars, et, s'ils le jugent convenable, ils pourront présenter en variante un autre plan sans ladite tour. (...) »

 

Le 12 juin 1886, Eiffel et Sauvestre obtiennent l'un des 3 premiers prix (les 2 autres concernent la Galerie des Machines par Dutert et la Palais des Arts Libéraux par Formigé). Les hostilités sont déclarées par une partie des architectes et des artistes.

 

Le 8.janvier.1887, une convention est signée entre Lockroy, représentant de l'Etat, Poubelle préfet de la Seine représentant la ville de Paris et Eiffel agissant en son nom personnel et non celui de son entreprise. Il s'engage à construire la tour pour l'ouverture de l'exposition et obtient en contrepartie une subvention de 1 500 000F et une jouissance d'exploitation de 20 ans à compter du 1.01.1890, la ville se substituant à l'état pour la propriété de la tour à l'issue de l'exposition.

 

Eiffel crée une société anonyme de 5 100 000F (moitié sur ses propres deniers, l'autre par un consortium de 3 banques : la Banque franco-égyptienne, la Société Générale et le CIC) un complément de 1 500 000F sera nécessaire, mais le bénéfice à l'issue de la seule exposition de 1889 remboursera le capital aux actionnaires.

 

CONSTRUCTION de la TOUR

 

Le 28 janvier 1887, premiers coups de pioche aux fondations.

 

Le 14 février 1887, une lettre de protestation dite « des artistes » signée de quelques grands noms. Les injures fusent : « c'est le clocher de la nouvelle église dans laquelle se célèbre le service divin de la haute banque » (Joris-Kart Huysmans).

 

Si les artistes la boudent, le public lui réserve un accueil triomphal.

 

Le 1 ° juillet 1887 (ou 3 juin 1887 ?), le montage commence

 

Le 7 décembre 1887, l'opération la plus délicate s'effectue: la jonction des 4 piliers.

 

Le 17 septembre 1888, la tour approche la mi-hauteur - une augmentation de 20cts par heure est demandée pour tous, des mousses (payés 45cts de l'heure) aux charpentiers (payés 75cts). Un accord est signé mais l'application, différente du texte initial, provoquera un nouveau conflit le 21 décembre avec Intervention de la police.

 

Le dimanche 23 décembre, le travail reprenait sans nouvelle modification des salaires. La tour dépassait les 200m et la température avoisinait -10°.

 

Le 31 mars 1889, c'est l'inauguration avec près de 200 personnes, plus de la moitié ne dépasse pas le 1er niveau, une cinquantaine accède au 2° étage, une vingtaine de courageux gravira plus de 1700 marches (les chiffes sont fluctuants...) pour parvenir à la 3ème plate-forme, Eiffel hisse au sommet un grand drapeau de 7.5x4.5m.

 

Le 15 mai 1889, c'est l'ouverture la 1ère semaine les ascenseurs ne sont pas encore en service mais 28922 visiteurs font l'ascension à pied. A partir du 26 mai, ils fonctionnent, et pendant les 173 jours de la durée de l'exposition (jusqu'au 6 novembre 1889), il est enregistré 1 953 122 visiteurs (un autre chiffre est avancé 1 968 287...), soit plus de 11000 par jour, la plus grande affluence sera le lundi de Pentecôte avec 23 202 visiteurs.

 

QUELQUES CHIFFRES

 

AUTRES CONSTRUCTIONS

 

Galerie des machines de l'exposition de 1867, gare de Pest en Hongrie 1875-77, charpentes pour le magasin du Bon Marché (1876) viaducs de Porto 1876-77 et de Garabit 1880-85, hall du Crédit Lyonnais en 1881, écluses de Panama 1888, coupole de l'observatoire de Nice, structure de la statue de la Liberté (haut 46m).

 

 

bibliographie

La vie et l'oeuvre extraordinaire de Monsieur Eiffel de Bernard Marrey
La tour de Monsieur Eigffel de Bertrand Lemoine

Quid de la tour Eiffel de Dominique Frémy